Quand les chemins de fer fédéraux achetaient des canons de DCA et des munitions

 Conférence du 29 novembre 2017

Quand les chemins de fer fédéraux achetaient des canons de DCA et des munitions

 La conférence a mis en lumière un thème très particulier : la protection des installations de retenue pendant la Deuxième Guerre mondiale. À l’issue de ses recherches, le conférencier Fred Heer dresse un bilan à la fois rétrospectif et critique.

Ce n’est qu’en mai 1943, après le spectaculaire bombardement des barrages du bassin de la Ruhr par l’aviation britannique que la Suisse a reconnu l’importance de protéger les lacs de barrage. Le conférencier, le divisionnaire à disposition Fred Heer, de Steffisburg, a effectué des recherches détaillées sur cette opération contre les barrages allemands baptisée « CHASTISE » par les Britanniques ainsi que sur les mesures qui en ont découlé en Suisse. Sans l’énergie électrique des centrales, aucun train ne roulerait et l’industrie serait à l’arrêt ; parmi les mesures prises pour protéger ces infrastructures importantes, il a été décidé d’appliquer une peinture de camouflage sur les barrages des Alpes suisses, de mettre en place une organisation de l’alerte, de tendre des câbles métalliques pour se protéger des attaques des avions et d’acheter des canons et des mitrailleuses de DCA.

La pression et les premières mesures sont essentiellement venues des CFF (qui possédaient quatre lacs de barrage) et du service militaire des chemins de fer. Il ressort cependant des dossiers que les exploitants n’ont été que peu soutenus par l’armée en raison du manque de matériel et de personnel. Ils ont par conséquent dû protéger leurs installations eux-mêmes. Les chemins de fer fédéraux ont par exemple dû acheter quelques canons de DCA de 20 mm et 10 000 munitions. Différents échanges de courriers montrent clairement que la menace engendrée par les masses d’eau et la pénurie d’énergie était à peine considérée, à l’époque.

La conclusion de Fred Heer a fait l’effet d’une douche froide : ce n’est qu’au cours des derniers mois du service actif que des mesures ont réellement été mises en œuvre ; en effet, l’abaissement préventif du niveau n’avait été effectué sur aucun des 20 lacs de barrage de Suisse et aucun canon supplémentaire n’avait été acheté. Ce n’est qu’après la guerre que la DCA des barrages a été introduite dans l’armée.

Photos : © Markus Hubacher, Spiez